mercredi 28 mars 2012

Art et dopamine, en-veux-tu-en-voilà







Une récente étude scientifique, relayée par le site web du journal « The Art News Paper », montre qu’être en contact avec l’art nous fait sécréter de la dopamine, qui provoque les mêmes effets que le sentiment amoureux…

Cette découverte est le fruit d’une étude menée par un neurobiologiste de l’Université de Londres, qui a étudié l’activité du cerveau de volontaires alors qu’ils étaient en train d’apprécier des toiles de maîtres. L’observation de Botticelli, de Monet et de Picasso a eu pour conséquence une augmentation du débit sanguin dans les zones du cerveau et une sécrétion importante de dopamine pour tous les volontaires. D’après le chercheur, ce même phénomène est observé lorsque l’on est amoureux… La présence de l’art dans notre société est donc bénéfique pour tous.

Autre découverte, les œuvres de John Constable, Ingres et Guido Reni ont un impact plus important, les expériences montrent un débit sanguin supérieur à 10 % par rapport aux autres peintures. Les commentateurs les plus impliqués voient dans cette étude scientifique une nouvelle technique pour mesurer la valeur artistique d’une œuvre d’art ! De manière moins extrême, les musées pourront certainement s’appuyer sur cette étude pour légitimer leurs actions et démontrer l’importance de leur place dans la société. Dans tous les cas, en regardant bien toutes les images de mon blog, vous aurez un bon petit coup de « dopamine » !!! (ceci est une note de la blogueuse, Mudita)

Encore une bonne nouvelle

Les chiffres de fréquentation des musées français n'ont jamais été aussi mirobolants. En 2011, des millions de personnes ont visité expos temporaires et collections permanentes, au point que certaines institutions sont saturées. Un beau succès dont tous ne profitent cependant pas.

Vingt-sept millions de visiteurs dans les plus importants musées de France, soit une augmentation de 5,5 %. Avec 8,8 millions de visiteurs l'an passé, LE LOUVRE reste le musée le plus fréquenté non seulement en France, mais aussi dans le monde - et de loin, selon The Art Newspaper, la seconde place est détenue par le British Museum de Londres, avec un chiffre qui s'élève à 5,8 millions, puis vient le Metropolitan Museum de New York (5,2 millions). A noter que deux personnes sur trois passant sous la pyramide sont des étrangers (dont une majorité d'Américains, et de plus en plus en provenance des pays émergents).

Six millions de touristes au Château de Versailles ; 3,6 millions de visiteurs au Centre Pompidou ; 3,14 millions au Musée d’Orsay (avec un bond de 30 % depuis l’ouverture des nouvelles salles fin octobre) ; 1,46 million au musée du Quai Branly. Il y a donc foule dans les grands musées parisiens.

En province, c'est l'antenne du Musée National d'Art moderne qui remporte la mise, avec 500.000 personnes venues visiter le Centre Pompidou - Metz en 2011. D'autres lieux plus modestes peuvent se vanter de beaux résultats : 147.000 personnes, soit une hausse de 16 %, au CAPC / le Musée d'Art Contemporain de Bordeaux, ou, par exemple, 140.000 visiteurs pour l'expo Kubrick à la Cinémathèque.

Les facteurs du succès sont, selon Jacqueline Eidelman, directrice du département de la politique des publics à la Direction Générale des Patrimoines, citée par La Tribune de Genève : le développement du tourisme culturel, plus de visites en famille et une politique tarifaire améliorée, avec notamment 42 % des 1200 musées français ayant opté pour la gratuité.

Donc, ça fait plaisir, des chiffres comme ça (même si on peut s'interroger sur leur effectivité, à si courte échéance), et on peut se réjouir, notamment, de la part croissante des jeunes dans ces chiffres (la moitié a moins de 30 ans) – même si, on le sait, ce sont surtout des scolaires (contraints mais heureux, on n'en doute pas !). Le problème réside, toujours et encore, dans le manque de diversité de ces publics, qui font pour la plupart partie des mêmes catégories socio-professionnelles, moyennes et aisées. Tout de même, résultat d'une enquête sur les pratiques culturelles des Français réalisée en 2008, un chiffre devrait faire frémir les responsables de la culture : 58 % de la population n'a pas franchi les portes d'un musée dans les douze mois précédent l'enquête (ils étaient 54 % en 1997).

Autre bémol : à côté des mastodontes, les petits musées, en province notamment, souffrent. Comme le souligne La Tribune de Genève, le public se déplace essentiellement pour les expos temporaires, pour ce qui fait « événement ». Au détriment des salles d'expo permanentes, qui cherchent avec grand peine leur public.

Source, et tout plein d’autres articles : http://www.exponaute.com/

Illustrations, de haut en bas : Ingres (La Princesse de Broglie), Guido Reni (Le Suicide de Cléopatre), John Constable (Portrait de Maria Bicknell), et Le Louvre un jour de forte fréquentation (et en petit marcel, s’il vous plait !).