mercredi 18 mai 2011

La vraie santé (article en plusieurs parties - partie n°3 et fin)

La suite de l'interview de Thierry Janssen par Patrice Van Eersel


Mais la cohérence vous interdit précisément de faire semblant de croire ! Il vous a donc fallu réussir à hisser votre foi au niveau de votre raison de médecin, de scientifique ?

Barbara Brennan est une guérisseuse new-age : elle croit vraiment qu’elle voit objectivement le « Bouddha bleu de la médecine », qu’elle est entourée de guides, d’archanges, enfin toute la panoplie ! Je pense que ça la met dans un état de cohérence intense. Si le patient en face d’elle entre dans cette cohérence, ça lui permet de retrouver sa fluidité, sa confiance et sa propre cohérence... Il n’est pas faux que, dans l’ombre de ces gens, il y a un désir de toute puissance.

De ce point de vue, ils sont typiquement occidentaux. C’est avec cet orgueil que les religions du Livre ont colonisé le monde. À partir du moment où vous vous dites en contact avec une vérité révélée extérieure, qui est l’Éternel, ou le Fils de Dieu, ou l’Esprit d’Allah, vous vous permettez de dire : « J’ai la Vérité et vous devez me croire ! » Barbara Brennan est un peu comme ça. C’est aussi pour ça que, plus d’une fois, j’ai eu envie de quitter son école... Le problème, c’est que chaque fois que je commençais à douter de ce que je faisais, mon efficacité chutait à pic. Je restais un thérapeute honnête, mais je perdais cette qualité de présence qui permet de débloquer des problèmes parfois de façon ahurissante. Je me suis donc demandé comment continuer à adhérer à l’essence de ce qu’on m’apprenait, sans passer par le folklore de ces gens. Ou plutôt : comment m’en remettre à mon propre folklore, à mes mots, à ma culture ?

Moi, ma culture est scientifique et je sais qu’au fond de moi, ma quête est là : je vais devoir mener une recherche de fond, scientifique, sur la confiance, la fluidité et la cohérence. Et j’espère qu’à 60 ans, je serai un guérisseur qui ne publiera plus rien, mais qui aura réintégré sa culture dans son acte de guérison.

Entre la fluidité, la confiance et la cohérence, c’est le troisième terme qui revient le plus souvent dans votre bouche...

J’accompagne beaucoup de patients dans le cancer. Je me rends compte qu’il y a toujours chez eux quelque chose qui a quitté la cohérence. On peut les aider énormément, au cours de leur maladie, en les aidant à retrouver du sens, à savoir ce qu’ils veulent vraiment dans la vie, à le dire, à l’assumer et, du coup, parfois, à ressortir de la maladie, qui aura joué le rôle d’un catalyseur de changement.

Cela dit, la confiance, c’est-à-dire la foi, est aussi importante que la cohérence. Le patient doit y croire, mais le médecin aussi ! Essentielle est la façon dont il annonce les choses à ses patients. Trop de médecins ne réalisent pas l’impact qu’a leur moindre parole.

On me rapportait récemment le cas d’une femme soignée pour un cancer, qui attend anxieusement ses résultats et à qui son médecin dit : « C’est pas mal, la tumeur a disparu. » Elle s’étonne : « Pas mal ? Vous voulez dire que c’est génial, non ? » Et lui : « Soyons prudent, madame, on n’est jamais à l’abri d’une récidive. » Le lendemain, cette femme avait 39° de fièvre, avec chute brutale de son immunité. J’ai interpellé le cancérologue, que je connais, sur cette réponse irresponsable. Il m’a rétorqué : « Comment veux-tu que j’aie de l’espoir, ma femme est morte du même cancer ! » J’étais furieux : « Alors change de métier ! Si toi-même, tu ne crois pas à la possibilité de guérison de tes patients, comment veux-tu qu’eux y croient ?! »

La croyance en la guérison est indispensable pour guérir. Nous avons besoin de « médecins guérisseurs » qui croient à quelque chose de puissant.

Urologue réputé, primé « meilleur chirurgien de Belgique » – on venait de toute l’Europe se faire opérer par lui – Thierry Janssen abandonne brusquement sa carrière, en 1998, à l’âge de 36 ans, quand il réalise que la médecine occidentale est inhumaine, notamment parce que sourde à la quête de sens qui se cache derrière bon nombre de nos maladies. Après différentes aventures (il a notamment été directeur général d’Armani France !), il retrouve sa vocation de soignant, grâce à une formation de guérisseur aux États-Unis. Devenu psychothérapeute, il publie plusieurs livres, dont le plus important, La solution intérieure, a connu un sort étrange en France : alors que les publics belge, suisse et québécois lui faisaient aussitôt bon accueil, les Français sont restés réticents pendant six mois... avant de brusquement découvrir cet ouvrage de qualité, où nous est proposée une synthèse majeure entre les innombrables médecines du corps, des émotions et de la psyché, d’Occident, mais aussi d’Orient.