mercredi 13 avril 2011

La terre, cela me suffit...



A pied et le coeur léger, je pars sur la route ouverte,

Bien portant, libre, le monde en avant,

La longue piste devant moi menant là où je désire.

Désormais je ne fais plus appel à la chance,

Je suis ma propre chance.

Désormais je ne pleurniche plus, je ne diffère plus,

Je n'ai besoin de rien.

J'en ai fini avec l'enfermement maladif, les criticailleries,

Vigoureux et content, je marche sur la route ouverte.

La terre, cela me suffit,

Je ne demande pas que les constellations soient plus proches,

Je sais qu'elles sont très bien là où elles sont,

Je sais qu'elles suffisent à ceux qui les habitent.

Un poème de Whitman

Une illustration de Mudita