mercredi 6 octobre 2010

Femmes de vendanges



Les archives témoignent qu’en 1422, la famille Saladin achetait un plantier de vignes au lieu-dit « Chaveyron » à Saint Marcel d’Ardèche. Depuis, 21 générations de vignerons-paysans se sont succédées.

La sélection des terroirs du Domaine Saladin révèle ainsi une véritable exception dans le monde du vin : ses vignes ont toujours été cultivées et entretenues en bio. Par choix et grâce aux terroirs propices, ici on n’a jamais utilisé de pesticides, herbicides, fongicides ou produit de synthèse. Les générations précédentes n’en connaissaient même pas l’existence !

Un terroir de famille, une famille de terroir

C’est en septembre 2003 qu’Elisabeth et Marie-Laurence, les filles de Louis et Annick Saladin, créèrent leurs premiers vins. Encore étudiantes, elles reprennent le flambeau de leur père contraint de suivre une convalescence.

Marie-Laurence est diplômée d’une école d’ingénieurs en agriculture et Elisabeth d’une école supérieure de commerce. Leur demi-frère Stéphane, diplômé de Science Po Lyon a tenu "Le Mazet", le restaurant de leur mère Annick jusqu'en 2009. Ce petit mas où l'on rangeait autrefois les outils était dédié à la cuisine de terroir. Leur oncle Paul, le frère aîné de Louis, leur a transmis en fermage les six hectares des vignes historiques de la famille en 2006.

Et c’est dans une belle entente que la famille Saladin travaille et transmet son savoir faire (et vivre...) de pères en fils et de pères en filles.

Du bio sans gloire mais avec amour

L’agriculture biologique étant un moyen et non une fin, Elisabeth et Marie-Laurence n’indiquent même pas sur leurs bouteilles que la culture de leurs vignes est certifiée « Agriculture Biologique » par l’organisme de contrôle Ecocert.

Car fervente défenseuse de ses terroirs, de son environnement et de ses paysages, la famille Saladin œuvre génération après génération à la qualité de ses vins. Donc pourquoi le rappeler seulement maintenant ?

Depuis l’origine du Domaine Saladin, les vendanges se font à la main avec une équipe de vendangeurs : des amis, des voisins, des étudiants. Le raisin est récolté à pleine maturité et après un tri soigné à la vigne.

Elisabeth et Marie-Laurence, les « patronnes » tout de même, se partagent entre les vignes et la cave. Elles choisissent des vinifications en micro-cuvées, selon le grain de la peau, la rafle, les pépins, l’intuition…

Les vins du Domaine sont naturels, vinifiés sans ajouts chimiques (levures artificielles, tanins, enzymes…). Seule une dose minimale de soufre (100 fois moins que chez les autres viticulteurs) est ajoutée à la cuve et à la mise en bouteille. Les levures indigènes signent les vins et laissent s’exprimer l’identité de chaque terroir.

La cave est enterrée et privilégie le système de gravité. Un pressoir pneumatique bichonne les vins de presse. L’élevage a lieu en foudre de chêne et en cuve béton pour les vins rouges. Les vins blancs et rosés sont vinifiés en cuve enterrées et élevés en cuve inox. En cave, tout se joue à la dégustation suivant les arômes, les sensations, les émotions.

Moi qui rédige cet article et qui n’aime pas le vin (ni rouge, ni blanc, ni bleu, ni vert), lorsque j’ai entendu ces deux filles parler à la radio - sur France Inter, émission PARTIR de Marie-Pierre Planchon, mardi 28 Septembre - parler donc, de leur produit, de leur terre, de leur travail, de leur passion, j’ai eu envie de partager. C’est chose faite.

A défaut de goûter leur vin tout de suite - mais vous pourriez commander les yeux fermés - allez faire un tour sur leur site Internet (y sont indiqués notamment tous les salons où le Domaine sera présent pour une dégustation) :
http://www.domaine-saladin.com/

Vous pouvez découvrir également que tout un réseau de femmes viticultrices en France s’est constitué : le Cercle Femmes de Vin rassemble 80 vigneronnes de différentes régions françaises, Alsace, Bourgogne, Beaujolais, Vallée du Rhône, Provence, Languedoc, Médoc, Touraine, etc…
Leurs buts :
- Proclamer que le Vin est un produit de passion
- Transmettre par l'éducation le respect de cette boisson
- Faire découvrir le métier de vigneronnes d'une manière particulière
- Conserver ce patrimoine qui a, non seulement façonné les paysages, mais déterminé un art de vivre "à la française".

La convivialité, la gastronomie, le respect de l'environnement de leurs exploitations sont indissociables de leur façon d'appréhender la Culture du Vin. Sur leur site Internet, leurs photos qui témoignent de cette passion et de tempéraments bien marqués, sont magnifiques :
http://www.femmesdevin.com/

Et puis pour écouter cette fameuse émission de France Inter qui m’a tant fait plaisir, voici le lien (cliquez sur "Archives", lorsque vous êtes sur la page) :