mercredi 22 septembre 2010

Claude Monet, au Palais





Autre semaine, autre ton. Après les loges de la laideur dans mon article de la semaine passée, voici l'éloge de la beauté et de la lumière : l'une des grandes expositions de la rentrée, la plus importante rétrospective qui soit consacrée depuis 30 ans au peintre Claude Monet.

De la vraie peinture, d’un vrai grand artiste, travailleur acharné, qui en a même perdu un moment la vue, tant il travaillait dehors, en plein soleil, ou par tous les temps. Car durant plus de 60 ans, Claude Monet a peint sans relâche. Son oeuvre, placée sous le signe du réalisme dans les années 1860, incarne la plus pure expression de l'impressionnisme, puis devient au XXe siècle l'un des fondements de l'art moderne. C'est l'ensemble de ce parcours riche et fécond dont l'exposition témoigne.

Réunissant près de deux cents peintures, elle rassemble des prêts exceptionnels du Musée d'Orsay et des collections nationales, comme des musées et collections privées du monde entier, couvrant toute la carrière du peintre de la lumière : des paysages de forêt et de côte normande, des paysages d'hiver et de neige, des élégances au jardin... jusqu'à la quasi-abstraction des «Nymphéas» à la fin de sa vie. Jusqu'au 24 janvier, au Grand Palais à Paris.

Le site de l’exposition, très interactif, bien qu’un peu long à charger :

Le site du Grand Palais, pour tous les renseignements pratiques :
Voir sur un autre de mes blogs, un article sur la maison et le jardin de Monet à Giverny :