mercredi 17 mars 2010

Vive l'énergie du printemps




Mais comment s'y préparer ?

Dans toutes les Traditions, on sait que la circulation d'énergie dans le corps se calque sur le cycle des quatre saisons. La médecine chinoise considère une cinquième saison qui correspond à l'été indien, mais aussi toutes les intersaisons. Pour se maintenir en bonne santé, l'organisme doit s'adapter à ces changements saisonniers.

Deux saisons sont « à risque » pour notre santé si on ne sait pas les aborder : l'entrée en hiver et la montée du printemps.

L'hiver est la saison la plus froide. Elle voit le Yang Qi du corps se cacher profondément au sein de celui-ci. De même que dans la nature toute chose perd momentanément sa vitalité «apparente», de même notre énergie «s'enfonce» dans les couches profondes de notre organisme.

D'autre part, il faut savoir que le logiciel rein est le système énergétique où se trouvent localisés notre potentiel vital, nos facultés d'adaptation et le pouvoir d'autorégulation de l'organisme. Ce logiciel est justement à mettre en relation avec l'hiver.

À l'hiver, succède le printemps. Au printemps, la nature renaît de ses cendres. Le Yang Qi ou force vitale, remonte à la surface et favorise dans la nature l'éclosion des feuilles et des fleurs. Le logiciel foie est à mettre en relation avec le printemps. Cela sous-entend que son activité, son métabolisme, sont beaucoup plus importants en cette saison qu'en hiver.

En hiver, nous nous replions sur nous même, nous avons tendance à manger « plus lourd ». Les plats hivernaux sont en effets beaucoup plus riches et surtout plus gras. Tout ceci favorise l'accumulation d'humidité et de Tan, de déchets dans le corps. Cette attirance est explicable. C'est un besoin naturel qu'a le corps de se protéger des frimas de l'hiver.

Au printemps, c'est le grand nettoyage. C'est la reprise des activités. On retourne dans le jardin, on bêche, on aère la terre, on plante, on fertilise. On fait le vide dans sa maison, on repeint, on ravale, on nettoie. Le foie lui aussi fait son nettoyage de printemps. Son métabolisme augmente pour favoriser l'élimination de toutes les accumulations hivernales. Le Yang remonte à la surface et circule de nouveau pour favoriser cette élimination des toxines.

En médecine traditionnelle chinoise, l'étude des pouls montre, entre autre, qu'en hiver, il est normal à la palpation du pouls radial, de le trouver plus en profondeur, alors qu'au printemps il remonte, avant d'être à son apogée en été.

Tout ceci fait partie du rythme et du cycle normal des saisons. Mais si nous ne savons pas mettre œuvre les Grandes Méthodes de Préservation de la Vie, « Yang Sheng » en chinois nous risquons de voir apparaître des pathologies qu'il serait pourtant tellement facile à prévenir.

En effet, si le foie est déjà « tendu », avec une énergie excessivement forte ou stagnante, ce qui le met dans un état de cocotte minute en surpression, quand arrive sa montée en puissance physiologique au moment du printemps, c'est alors qu'apparaissent les problèmes. Pour n'en citer que quelques un : conjonctivites, maux de tête, irritabilité, allergies, gastrites, installation d'hypertension artérielle, cervicalgies etc.…

Une autre considération non moins intéressante sur ces mouvements d'énergie. Les deux saisons où les courbes de morbidité augmentent sont au début de l'hiver et au début du printemps. En hiver, car si l'énergie sombre trop vite ou trop profondément, la vie s'épuise parce qu'elle n'est plus nourrie. Au printemps, car s'il n'y a pas assez d'énergie, la sève de la vie n'arrive plus à remonter. Dans la nature, si la sève n'a pas la force de remonter dans l'écorce de l'arbre, celui-ci meurt.

Ces différentes constatations nous obligent à prendre certaines mesures durant cette période du printemps qui s'annonce. Nous allons en voir quelques-unes :

- Pourquoi dans bon nombre de rituels religieux, entre autres pour les catholiques, le carême « tombe » à cette période charnière? Ce n'est pas le fruit du hasard. Il convient de se mettre au vert pendant un certain temps : privilégier les céréales, en particulier le riz et surtout les légumes. Prendre des plats faciles à digérer, et aider la digestion du bol alimentaire par une véritable mastication, autant d'énergie économisée pour faire face à cette montée du printemps. Attention à l'excès de protéines. À l'orée du printemps fleurissent pléthore de régimes qui vont vous permettre de perdre très rapidement du poids pour vous exposer sur les plages, en début d'été. Un point commun à tous ces régimes : l'excès de protéines. Or, il faut savoir que les protéines sont considérées en diététique chinoise comme des aliments lisses, sans fibres, mais surtout très « Yanguisant » pour le corps. Cet excès de Yang « brûle » les graisses et favorise une perte de poids très rapide. Mais c'est méconnaître l'effet dévastateur de la transformation de ces déchets en véritables poisons sous l'action de cet excès de Yang. Non seulement, on ne résout son problème de surpoids que momentanément, mais on se prépare à de très nombreuses pathologies internes, cancer y compris.

- Si vous avez l'habitude de consommer des thés chinois, faites des cures de neuf jours de thés noirs (appelés thés rouges en chinois), comme les thés Pu Er ou les thés du Yunan. Ils auront pour effet de nettoyer le foie.

- Arrêter l'alcool, le chocolat, la chaîne des produits laitiers, qui sont des facteurs d'entartrage de l'organisme et surtout une perte inutile d'énergie pour aider à l'élimination des déchets que ce type d'aliment comportent.

Ainsi l’expression « se mettre au vert » semble tout à fait appropriée !

Et puis, alors que nous avons besoin de toute notre réserve énergétique durant cette période critique, on nous impose au plus mauvais moment une cassure brutale de notre biorythme : le changement d'heure. Cette heure de sommeil perdue accroît notre état de fatigue général. Plutôt que de perdre son énergie en de vaines batailles, essayons de nous y adapter en reculant de 5' tous les matins notre heure de réveil. On peut ainsi espérer limiter la casse.

Enfin, vous savez que la colère, émotion dévastatrice s'il en est, est à mettre en relation avec le logiciel foie. Si le foie monte en pression en cette saison, la colère aussi. On pourrait la définir comme un excès d'énergie qui se déverse vers l'extérieur. Les grandes révolutions se font toujours à la montée du printemps, au mois de Mai. Mettons à profit cette période qui nous rapproche du printemps pour nous exercer et mettre en pratique les antidotes de la colère. Entre autres, pourquoi ne pas apprendre à respirer, se relaxer. Pourquoi ne pas entreprendre la pratique de techniques comme les Qi Gong ou le Yoga. Pourquoi ne pas s'initier à la méditation? Une des finalités de la méditation étant d'apprendre à vivre en pleine conscience chaque instant présent. Cela peut, entre autre, nous aider à contrôler nos émotions.

Bref, il faut apprendre à cultiver notre « zénéité ». Tout ceci on le sait, on le pressent. Mais il est bon de se le remémorer de temps en temps pour continuer à vivre dans la voie du juste milieu, dans le meilleur équilibre possible exempt de toute maladie.

Bonne préparation à la plus belle des saisons : le printemps !

Un article de Jean PELISSIER, un spécialiste de la Médecine Traditionnelle Chinoise. Voir son site et le programme de ses conférences :
http://www.jeanpelissier.com/