mercredi 29 juillet 2009

Les femmes reprennent la forme









Après le scandale des mannequins anorexiques, le monde de la mode fait un virage à 180° et nous propose de plus en plus de mannequins avec des formes généreuses. Analyse d’une tendance qui ravie les professionnels de la santé.

Depuis trois ans, l’image du monde de la mode est ternit par des scandales au sujet des mannequins trop maigres et décharnées. Loin d’aider les femmes à assumer leur féminité et leurs formes, la presse magazine ne se contentait pas de tolérer ce diktat de la minceur, mais encourageait cette obsession d’être le plus fine possible.

Voyant que le fléau s’étendait, le monde de la mode a réagit et ce, grâce à quelques pionnières top models, actrices ou chanteuses, qui pour certaines sont devenues les nouvelles icônes de la mode.

Les femmes n’ont pas tardé à suivre réclamant des vêtements réellement branchés et créatifs pour les rondes, alors que les stylistes n’allaient généralement pas au-delà de 42, 44 pour les plus généreux. Les créateurs et la presse féminine ont fini par répondre à la demande et nous offrent un plus grand choix de vêtements pour ronde et des mannequins avec des courbes un petit peu plus humaines.

Exit le 36 sur les podiums ! Le mannequin le plus demandé du moment est le model américain Crystal Renn qui, bien en chair dans son 44 parfaitement assumé, défile pour les plus grandes marques comme Jean Paul Gautier ou Dolce & Cabbana, et pose pour des magazines de mode tels que Vogue, Elle, et autres.

Au-delà de cette tendance purement esthétique des formes généreuses, c’est aussi une réelle prise de conscience de la part des femmes qui s’opère enfin. En effet, en acceptant leurs rondeurs, les femmes apprennent à accepter leur puissance féminine et à respecter leur corps en évitant de les affamer.

L’historien de la beauté Georges Vigarello résume le mouvement ainsi : « Au début du XXème siècle, les féministes luttaient contre le corset. Aujourd’hui, la minceur est le nouveau corset dont les femmes se débarrassent ».

Et le sociologue Vincent Grégoire quant à lui explique la raison de cette tendance : « En période de crise, on a envie d’images de gens optimistes, heureux, bons vivants. Les filles trash et camées ne passent plus du tout. On a besoin de filles plus authentiques… »

En illustration, le top model Crytal Renn, qui ne s’est jamais illustrée comme mannequin « grande taille », mais comme mannequin tout court.