mercredi 4 février 2009

Quelle solidarité autour de la marmite ?


En ces temps de crise, une belle histoire à partager avec vous :

Un saint homme tenait un jour une conversation avec Dieu.

Il lui dit :
- Seigneur, j'aimerais savoir comment c’est au paradis et comment c’est l'enfer ?

Dieu conduisit alors le saint homme vers deux portes. Il ouvrit l'une des portes et permit au saint homme de regarder à l'intérieur. Au milieu de la pièce, il y avait une immense table ronde. Au centre de cette table, il y avait une grosse marmite contenant un ragoût à l'arôme délicieux. Le saint homme salivait déjà d'envie. Mais il s’aperçu que les personnes assises autour de cette table étaient maigres, tristes, livides et malades. Elles avaient toutes l'air affamées !… Elles tenaient des cuillères aux très longs manches, attachées à leurs bras. Toutes pouvaient atteindre le plat de ragoût et en prendre une bonne cuillerée. Mais, comme le manche de la cuillère était plus long que leurs bras, elles ne pouvaient ramener les cuillères vers leur bouche, et le contenu de la louche tombait à terre.

Le saint homme frissonna à la vue de leur misère et de leur souffrance.

Dieu dit :
- Tu viens de voir l'enfer !

Dieu et le saint homme se dirigèrent ensuite vers la seconde porte. Dieu l'ouvrit. La scène que vit le saint homme était identique à la précédente. Il y avait là pareillement une grande table ronde, et au milieu une marmite de délicieux ragoût qui fit pareillement saliver le saint homme. Les personnes autour de la table étaient également équipées des cuillères aux longs manches. Mais cette fois, cependant, les gens autour de la grande table étaient bien nourris, replets, souriants et se parlaient les uns aux autres en plaisantant.

Le saint homme dit à Dieu :
- Je ne comprends pas !

- C'est simple, c'est le paradis, répondit Dieu, il suffit juste de faire preuve d'un peu d’habileté : ils ont appris à se nourrir les uns les autres avec les grandes cuillères, tandis que les gloutons et les égoïstes de la première pièce ne pensent qu'à eux-mêmes, tout en produisant un grand gâchis.